Portraits de migrants : un départ... un objet


Yosief, 20 ans, a fui l’Érythrée en 2014, emportant avec lui un carnet contenant des numéros de téléphone et quelques photographies de son enfance. © Gabriel Hill

Gabriel Hill Studio a proposé un projet photo original : relier de nombreux portraits de migrants à l'objet qui les a accompagnés tout au long de leur long et périlleux parcours.

Un élément revient dans chaque récit : le départ est le plus souvent très rapide, dans l'urgence. Le chemin à parcourir pour fuir leur pays est semé d'embûches (traversée de déserts, de pays inhospitaliers, risques d'enlèvement et de demande de rançon, embarquement sur des bateaux de fortune...). Aussi ne peuvent-ils, la plupart du temps, emmener que les vêtements qu'ils portent sur eux et un ou deux objets au maximum.

Et ce qu'ils emportent est souvent lié à ceux qu'ils laissent là-bas dans leur pays : un téléphone pour garder le contact, rassurer leur famille (ou demander de l'aide), des photos de leurs proches, un objet familier auquel se raccrocher dans les heures les plus sombres...

Ce projet intitulé ImPORTRAITS, a été sélectionné par le Swiss Photo Award 2016.

Pour en savoir plus : http://www.importraits.ch/

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags
Follow Us
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square

© Kezako mundi, un magazine édité par Enrick B. Editions                                                    

Rejoignez-nous sur facebook

  • Facebook - Black Circle