Ce qui fait battre nos coeurs


A venir dans les pages du n° de décembre, un jeu-concours permettant aux lecteurs de gagner, entre autres, un exemplaire du roman de Florence Hinckel Ce qui fait battre nos coeurs.


On vous en dit plus aujourd'hui sur ce livre au suspens haletant !


4 personnages centraux, 4 situations, 4 destins qui se croisent :

- Leïla, alias « la fille artificielle », dont tous les organes hormis le cerveau sont artificiels ;

- Maria, qui a perdu son bras dans un accident et s’est créée elle-même une prothèse puissante et High tech ;

- Esteban qui a tous ses membres et organes d’origine mais qui n’en peut plus de voir souffrir sa petite sœur parce que, faute de moyens financiers, elle ne peut avoir qu’un cœur artificiel bas de gamme et d’occasion aux multiples défaillances, le seul remboursé par la Sécurité sociale ;

- Noah, riche héritier, fils du seul producteur officiel d’organes artificiels, certifié par l’Etat, et qui vend ainsi à prix d’or ses produits les plus performants.

Un mélange détonant. Comment ne pas se sentir révolté, comme l’est Esteban, quand les riches changent d’organes comme ils le souhaitent, même sans réelle nécessité, alors que la vie de sa petite sœur ne tient qu’à un fil ? Alors Esteban dérape et commence alors une étrange et déroutante course-poursuite…


Qu’en dit Kezako ?


Terrifiant ! Ce roman pose nombre des problèmes inhérents à l’intelligence artificielle et au transhumanisme (voir article de Kezako mundi 7 sur le sujet, rubrique « Pour ou contre »). Jusqu’où peut-on et doit-on modifier le corps humain ? Quelles limites fixer ? Doit-on accepter les modifications qui ont pour effet de rendre l’humain sur-humain ? Et comment ne pas créer d’inégalités criantes entre riches et pauvres ? L’être humain, avec toutes ces augmentations et réparations, ne peut-il au bout du compte se sentir invincible, éternel ? Le débat est lancé. Il n’est bien sûr pas résolu tant ces questions sont complexes et touchent à quelque chose de sensible : la nature humaine et son caractère fini, mortel. Est-on encore humain lorsque l’on est composé majoritairement d’organes artificiels ? Un bon point de départ pour amorcer une réflexion sur ces questions. La fin de l’histoire qu’on ne vous dévoilera évidemment pas constitue une conclusion intéressante bien que glaçante…


Ce qui fait battre nos coeurs, Florence Hinckel, éditions Syros, dès 12 ans, 17,95 €

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags
Follow Us
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square

© Kezako mundi, un magazine édité par Enrick B. Editions                                                    

Rejoignez-nous sur facebook

  • Facebook - Black Circle